Savoir pardonner

Savoir pardonner, quel sujet intéressant. Un sujet qui me concerne, car actuellement, je vis des injustices et quand j’y pense,

« comment je peux pardonner à des personnes qui m’ont blessé ? »

Pour l’instant, je ne peux pas, il me faut du temps. En effet, cela m’oblige à me remettre en cause, à réfléchir, à analyser, assumer ma part de responsabilité et surtout j’essaie d’accueillir et de comprendre cette émotion qui m’envahit et ce n’est pas facile… 

10344781_846678268700709_768729712203943776_n

Après avoir partagé cette image, j’ai eu une conversation avec une amie psychologue à propos du pardon et ce qu’il en est ressorti, c’est juste pour moi une bouffée d’oxygène.

Ma question de départ était : « tu penses que savoir vraiment pardonner, c’est oublier ce que l’autre à fait ? Ne faut il pas garder en mémoire pour justement savoir pardonner ? »

Mon amie me dit « pardonner cela ne veut pas dire, garder la personne dans ta vie, après tu peux ne plus être en colère, lâcher prise, oublier, mais décider que les personnes qui ont tel ou tel fonctionnement tu n’en veux pas dans ton monde.

Quelque part garder en mémoire c’est encore se laisser en lutte et du coup c’est toi qui souffres, pas l’autre c’est dommage »

Je ne peux que confirmer. C’est exactement ce que je vis et ce que je ressens. Je souffre de cette situation, mais je m’aperçois, que je suis la seule… Alors, pourquoi souffrir de quelque chose dont je ne veux pas ?

Puis elle m’explique que notre cerveau va forcément garder en mémoire, enregistrer l’information de manière générale pour pouvoir anticiper nos prochaines rencontres, nous aider à faire des bons choix plus rapidement. Mais que si nous avons besoin de le garder en mémoire, tout ce que nous pourrons vivre avec ces personnes sera interprété en fonction de cet événement et donc quelque part, si on peut pardonner mais pas oublier c’est peut être que la relation n’a plus d’intérêt car elle sera toujours parasitée au final….* Source : mon amie

A ce stade de la conversation, je comprends alors que si je souhaite savoir pardonner et oublier, il me faut sortir de cette relation toxique.

1957765_810450132348130_3998909575555535776_oLà où cela devient plus intéressant, c’est que pour pouvoir avancer, et là on parle de mon sujet préféré « les émotions », il faut gérer son état émotionnel, savoir lâcher prise pour retrouver un juste équilibre… Mais voilà, ce n’est pas si facile…

Souvent lâcher prise c’est décider ce que tu peux supporter ou pas, ce n’est pas décider si ce que l’autre fait est bien ou mal, ou pareil pour toi, c’est juste, de dire, tu peux être une bonne personne, mais moi je ne peux pas vivre ça ou ça tout simplement, juste sortir du combat, de savoir qui va gagner etc.* Source : mon amie

Et c’est vrai quand on y pense, combien de fois lors d’un conflit, je me perpétue à expliquer le pourquoi du comment, à essayer de prouver que je ne mens pas, alors que je peux simplement décider de ne pas vivre ça et de sortir du combat. Pour gérer son état émotionnel et le laisser passer, mon amie me conseille d’être plus observatrice de la situation et d’essayer d’analyser ce qui se passe. En tant qu’EJE, j’ai appris à le faire, mais voilà ce n’est pas si simple, car j’ai appris à observer les autres, mais c’est difficile d’analyse une situation que l’on vit sur l’instant, car comme le dit très bien mon amie

C’est intuitif de vouloir se protéger du coup, on ne raisonne plus avec notre cerveau, mais avec nos mécanismes de défenses

Mon amie me donne des pistes pour y arriver. Il s’agit de répondre à quelques questions : Pourquoi cela fait si mal ? quel besoin n’a pas pu être apaisé ? quel était le besoin de l’autre quand il a fait cela ? Où perd-on l’équilibre, le contrôle ? Pourquoi on ne voit aucune porte de sorties possibles? et en regardant sous un angle différent lesquelles pourrait-on ouvrir ? Où pourrait-on récupérer du contrôle ?

1601263_671072396285905_1702594036_n

Il faut parfois essayer de regarder d’une autre façon, pour ressentir, donner du sens et laisser passer l’émotion qui nous envahit.

A toi ma chère amie, tu as su mettre des mots sur ce que je vis et tu as sans le vouloir nourrit un questionnement. Maintenant, je sais, que je pourrai pardonner, quand je serai libérée de cette relation qui me parasite et je sais également ce que je dois faire pour trouver mon équilibre.

Merci

 


 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s