Je t’admire, mais je te crains…

Toujours en recherche sur les relations que j’entretiens avec les humains et plus particulièrement mon entourage perso/pro, j’ai appris il y a quelques jours que des professionnelles m’admiraient pour mon parcours, mon expérience et/ou mes connaissances et qu’en même temps ces mêmes personnes me craignaient.

Déjà, savoir que je suis une personne que l’on admire est difficile à accepter… Car je fais simplement ce que j’estime être juste pour les autres et pour moi-même. Et d’un autre côté, savoir que je suis en même temps une personne que l’on craint, ça, ça ne passe pas du tout… C’est comme pour l’éducation de mes enfants, j’ai arrêté toutes formes de violence, de punition, etc… pour me diriger vers la bienveillance, car justement, je ne voulais pas que mes enfants me craignent. Du coup, je m’interroge :

Comment, peut-on admirer et craindre une personne en même temps ? 

Mon cerveau s’est mis en route, je me suis mise à la place de ces personnes et je me suis dit :

« ok, déjà, pourquoi j’admire une personne ? »  Et là, j’ai pensé au courage, à la persévérance d’aller au bout de ce qu’elle entreprend, le fait de prendre des risques, de son dévouement, de ses capacités intellectuelles, cognitives, manuelles et/ou artistique, etc… Et surtout, c’est une personne qui correspond à mes valeurs et avec qui j’ai une résonance…

« ok, maintenant que je l’admire, pourquoi je la crains ? »  Et des peurs sont apparues. Peur de décevoir, peur de ne pas être à la hauteur, peur que l’on découvre mes failles, peur de ne pas y arriver, peur de l’échec…

Ces réflexions et ces différentes analyses me permettent d’écrire qu’effectivement cette admiration que j’ai pour une personne, peut paradoxalement entraîner une crainte envers elle.

Pourquoi ? Et bien, tout simplement parce que je prends conscience qu’il y a une différence entre ces compétences, ces connaissances, son comportement, son expérience et moi.. Je peux alors ressentir une émotion très ambivalente face à cette personne et envers moi-même… Suis-je capable ? J’aimerais être comme elle, est-ce que je peux devenir comme elle ? Ai-je les compétences ? Suis-je assez intelligente ? Je n’y arriverai jamais, je suis trop nulle…

« Heureusement » de mon côté, l’admiration que j’ai pour une personne va être une source d’inspiration et de motivation qui va me permettre de répondre à différents besoins tels que, le besoin d’accomplissement, d’apprentissage, de réalisation, de créativité, de curiosité professionnelle… Ainsi, cette admiration va stimuler mon désir de réduire cette différence entre cette personne et moi, jusqu’à ce que « L’élève dépasse le maître ». En effet, pour moi, qui suis avide de connaissances et d’apprentissages, cela représente un véritable défi !

Cependant, pour certaines personnes, cela n’est pas aussi simple… Pourquoi ? Et bien, je pense que pour réduite cette différence, elles doivent avant tout, en être conscientes. Conscientes que cette différence peut être réduite. Pour ce faire, ces personnes devront sortir de leur zone de confort et faire preuve de courage, de motivation, de détermination et croire qu’elles sont capables de monter en compétences et de se mettre à niveau… Au contraire, si ces personnes n’en prennent pas consciences, elles resteront sur place, elles résisteront et certaines ressentiront de la jalousie sans comprendre que cela leur apporte : RIEN !

Alors pour ces personnes qui m’admirent et qui me craignent en même temps, j’ai envie de vous dire : STOP !! Nous sommes uniques, nous avons tous un parcours, une éducation, des expériences et des chemins différents. Alors oui, j’ai des connaissances, de l’expérience etc … Je travaille dur pour en arriver là, je lis (beaucoup) et je me forme (encore et toujours)… Cependant, si vous cherchez bien, (si si cherchez bien) vous avez un talent, une compétence ou simplement une détermination qui ne demande qu’à  s’exprimer, alors ne cherchez pas à ressembler à la personne que vous admirez, chercher surtout à être vous-même !

Un petit article pour vous, http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/02/28/22061-ces-personnes-qui-nous-inspirent-nous-font-avancer

Publicités

Cette année…2017

Une amie m’a envoyé cette photo et j’avoue qu’elle me donne à réfléchir..

De quoi suis-je fière pour cette année 2017 ??

Pour être honnête, je ne sais pas comment qualifier l’année 2017… Je dirai que cette année, émotionnellement, elle a été intense et riche, professionnellement, elle a été constructive, éprouvante et pleine de remise en question et personnellement, elle n’a pas été de tout repos (surtout en fin d’année)…

Cependant, je sais ce dont je suis fière…

Je suis fière du chemin semé d’embûches que j’ai parcouru… Je suis fière d’avoir fait preuve de persévérance et de courage, je suis fière des rencontres que j’ai faites, elles m’ont énormément apporté, elles m’apportent encore et je souhaite que cela continue. Je suis fière de pouvoir accompagner des étudiants (EJE, IDE, CAP…), de leur apporter mes connaissances et mon expérience. Je suis fière d’accompagner les parents et leur enfant sur le chemin de la bienveillance…

Je suis surtout fière et heureuse d’être entouré par de belles personnes, je pense à mon mari, mes enfants, mes parents, ma soeur, ma best friend, mes anciennes collègues devenues des amies… Toutes ces personnes qui croient en moi et qui m’accompagnent quotidiennement. Je suis remplie d’amour et de gratitude en pensant à elles.

Alors, ciao 2017 et simplement merci !

Toi ma belle 2018, tu seras une belle année, une année de changement avec de nouveaux projets, une année de bienveillance remplie d’énergie positive.

@très vite

Sylvia

 

 

 

Les transmissions

Cher Blog,

Il y a quelques jours, avec ma binôme nous étions dans un bon resto entrain de picorer nos frites, quand elle m’a dit qu’une de ces connaissances était tombée (heureusement, elle ne s’est pas fait mal… Bon ok, je sors) sur cet article, tu te souviens ? C’était sur les transmissions. Enfin bref, toujours est-il, qu’en regardant de plus près, je me suis aperçue que cet article avait été vu + de 138 fois la semaine dernière… 😛 Incroyable !

J’ai donc eu l’idée (si, si je t’assure, même que ça a fait EUREKA) d’écrire une suite à cet article en donnant mon point de vue sur les transmissions orales et écrites.

4 ans plus tard…

Mes différentes formations et connaissances acquises pendant ces 4 dernières années font que j’ai plus d’assurance dans mes transmissions. De ce fait, j’apporte aux parents des transmissions de meilleure qualité, remplie d’humour, d’empathie et de bienveillance.

Bien que dans mon article, je vous donne des pistes pour « savoir » transmettre aux parents, à ce jour, je n’ai toujours pas de baguette magique pour que vous vous sentiez a l’aise ou que vous sachiez en faire… (en même temps, ce n’est pas pour les transmissions que j’utiliserai une baguette magique… 😀 )

Cependant, le constat est sans appel, malgré tous les efforts et/ou les outils de communication mis en place (réunion, rappel, cahier de transmissions, transmissions orales) et avec tout le respect que j’ai envers les professionnels(les) de la petite enfance, certain(e)s ne savent ou n’arrivent pas à communiquer et à faire des transmissions à l’équipe ou aux parents… (je sais, c’est dur à lire, et pourtant, c’est une réalité)

Et qu’est-ce que cela engendre ?? (bah oui, parceque crois moi, ça engendre beaucoup de soucis…)

Une désorganisation, des difficultés de communication, des conflits dans l’équipe, des non-dits, des situations compliquées avec les parents… Bref, comme tu vois cher journal, ce n’est pas le top… Mais que faire ? Oh, j’ai quelques idées, mais je ne peux pas te les dire (enfin, pas en public). Bon, ok, je te les dis quand même (mais pas toutes) je me dis que peut-être des analyses de pratiques et/ou une formation en externe feront que ces professionnelles sauront ou pourront communiquer…Enfin si elles le veulent, car comme tu sais mon cher blog, le changement vient d’abord de soi et pas des autres.

@bientôt

 

 

 

 

Vous avez un message !!

Un message pour mes collègues, depuis que je suis directrice, il me manque une chose dans mon travail, VOUS. Jeudi soir, j’ai appelé l’une d’elles qui m’a dit que je lui manquais et samedi soir, par texto ma binôme m’a également dit que je lui manquais… 😦 J’ai vraiment été très touché par leurs messages qui sont allés droit au coeur.

On dit toujours « c’est quand on perd quelque chose, que l’on se rend compte de sa valeur ». En démissionnant, je savais ce que j’allais perdre, mais je ne savais pas à quel point… Les filles, je veux que vous sachiez l’importance que vous avez pour moi. C’est vrai, nous nous voyons moins (beaucoup moins), mais très souvent, j’ai une pensée pour vous, quand je vis une situation familière ou que j’entends un mot « c’est bizarre », bref,  il y a toujours un lien avec vous, une histoire, une anecdote, etc … Avec ce nouveau boulot, j’ai pris conscience, qu’il y a beaucoup de choses à découvrir et que oui, ça fait peur de sortir de sa zone de confort, mais putain que c’est bon !! C’est une vraie bouffée d’oxygène ! Alors les filles, sortez, bougez et mangez du chocolat 😀

Un message pour mes proches que je ne vois pas assez souvent, car la vie professionnelle et personnelle fait que nous nous croisons sans réellement se voir.  Simplement, je vous aime et il est grand temps de se retrouver autour d’une bonne raclette :D.

En enfin, un message pour ma best friend, qui vient de traverser une épreuve, qui devait en sortir « libérée, délivrée » et pour qui, finalement, ce n’est pas le cas… Enfin, pas tout à fait !! Ce que je veux te dire et ce même avec toutes les émotions qui te traversent, (eh oui, elles sont bien là), tu avances, tu sais ce que tu veux et ce que tu ne veux pas et finalement regarde où tu en es aujourd’hui ? Je suis fière de toi, de nous. Tu as toujours cru en moi et vice-versa 😉 et pour reprendre une expression familière : »nous avons vraiment des « cojones » !! Je t’aime !

En tout cas n’oubliez pas que je suis là, si vous avez besoin de parler, de réfléchir, d’un avis, d’un conseil ou si vous avez juste besoin de décharger ou de crier… APPELEZ MOI !!!!!!! En plus, maintenant que je suis directrice, j’ai toujours mon téléphone 😉

Allé pour finir, j’aimerais partager avec vous une vidéo qui fait du bien ! Merci à Jérémy Demay pour ce message !!

 

 

Une page se tourne, merci !

Depuis, plus de 3 ans, je suis éducatrice de jeunes enfants dans une crèche inter-entreprise. Le 26 octobre 2015, une page va se tourner. En effet, un de mes projets va se réaliser. Je vais prendre la direction d’une crèche associative à gestion parentale. C’est un nouveau défi pour moi et j’ai hâte de le relever. Merci à l’association de votre confiance !

1601425_914070961961439_25821078966319313_n

Aujourd’hui, c’est l’heure du bilan… Ces 3 années de terrain ont été très riches et intenses en émotion… J’ai énormément appris, apporté, reçu, donné, j’ai également été déçue, en colère, triste, frustrée, bref, c’était ma première expérience, en tant qu’EJE et elle est à jamais gravé.

Au cours de ces 3 années, j’ai croisé beaucoup d’enfants, certains m’ont chamboulé, d’autres m’ont fait craquer, où m’ont mis à bout, certains m’ont bien fait rire, m’ont ému ou attendri, bref, avec eux j’ai grandi, évolué, appris. J’ai apprécié ou détesté chaque moment avec eux et pour tout cela, merci les enfants. Grandissaient bien, mais pas trop vite 😉

J’ai également fait de magnifiques rencontres (elles se reconnaîtront), je tiens d’ailleurs à vous remercier de tout mon coeur, pour votre professionnalisme, votre créativité, votre joie, votre respect, vos délires, votre discrétion, vos conseils, votre réflexion, vos câlins, vos pleurs, votre confiance, vos coups de gueules. J’ai vécu avec vous, 3 belles années de partage et d’émotions… bref, les filles restez comme vous êtes, je vous aime et je continuerai à être présente dans vos vies, je ne vous lâche pas comme ça !! Ok bro ?!

Quant à vous, mes chères « autres collègues », un ptit mot pour vous. Pendant des mois, j’ai vécu un « enfer » avec vous, mais malgré tout, je vous dis UN GRAND MERCI ! Oui, merci, car grâce à vous, j’ai grandi, j’ai évolué, j’ai appris de mes erreurs, de ces expériences très difficiles et je sais que je n’ai pas besoin de vos mots ou de vos actes, même douloureux, pour me dire qui je suis ou qui je dois être… Cependant, j’ai eu de bons moments avec vous et c’est ceux-là que je vais retenir. J’espère réellement que vous trouverez le chemin vers le bonheur et l’épanouissement professionnel. En tout cas pour certaines, si elles s’accrochent, elles évolueront !! Juste un conseil : attention aux relations toxiques !!

11873797_902085733159962_6298991546553244_n
Je suis libre !!
Et comme on dit, le meilleur pour la fin 😉 

Je tiens à remercier la seule, l’unique, mon binôme, mon tic ou tac, ma psychomot’ préférée, la seule que j’ai rencontrée :D. Nous avons commencé le même jour, pour ne plus se quitter (au grand désespoir de notre direction).. Elles ont essayé, mais elles ont eu des problèmes… Non, je plaisante..quoique !! Depuis plus de 3 ans, nous sommes en totale harmonie, nous finissons les phrases de l’une et de l’autre, nous réagissons au même moment, nous pensons la même chose, nos avons les mêmes valeurs, nous avons les mêmes idées, bref, on se complète professionnellement et travailler comme ça, c’est juste « LE KIF TOTAL ».  Et le plus dur pour moi, c’est de faire une pause dans notre binôme, car oui, ce n’est qu’une pause, je suis sûre, que nous allons nous retrouver professionnellement, Oui, nous nous retrouverons, ça ne peut pas en être autrement. Tu es ma Best friend professionnelle !

11265416_920039118055897_5124070851928325626_n

@bientôt pour de nouvelles aventures !!

1er week-end de formation en psychopédagogie positive

Comment vous dire, I’m HAPPY !! J’ai surkiffé GRAVE !!

J’ai vécu 2 jours incroyables !! J’ai redécouvert l’approche « tête-coeur-corps », 3 éléments essentiels pour apprendre dans de bonnes conditions.

La tête pour être attentif, mémoriser, comprendre, réfléchir et imaginer.
Le coeur pour ressentir, accueillir et apprivoiser nos émotions.
Et  comme le dit Isabelle, « notre corps n’est pas que le taxi de notre cerveau ». Il a besoin d’eau, de sommeil, de bouger et de se relaxer 😉

Mais surtout, pour « apprendre à apprendre », le Mind Mapping ou la carte de notre cerveau qui réfléchit est juste un outil génial et puissant. Finis la To-do-List !!

Qu’est-ce-que c’est ? 

Ce principe, théorisé par Tony Buzan dans les années 70, consiste à représenter l’information de manière spatiale, visuelle et graphique sur une feuille format paysage et sans lignes. Le Mind Mapping permet d’utiliser la totalité de notre cerveau (gauche +droit).

Accessible dès le plus jeune âge, le mind mapping est un outil ludique pour mieux organiser ses idées et ainsi structurer les tâches à effectuer. À partir d’une idée centrale, prenez une feuille, des feutres, tracez des branches pour créer une arborescence d’idées et laissez la magie opérer !!

Pendant ces 2 jours, j’ai pratiqué le Mind Mapping en utilisant différents supports : Article, leçon d’histoire (beurk), une poésie et l’organisation d’un événement. En 15 min, mon groupe et moi avions organisé une kermesse pour Noël, j’ai appris et retenu une poésie (que je récite encore)… J’ai été bluffé par la façon dont j’ai pu mémoriser autant d’informations, bluffé par la façon et la rapidité avec laquelle j’ai appris une poésie ou organisé un événement. Bref, It’s AMAZING !!!!

Voilà comme se présente une map/carte :

mind-mapping-ok

 

Autrement, pendant ces 2 jours, j’ai eu l’honneur de rencontrer ces deux femmes :

Isabelle Pailleau : Fondatrice de « La fabrique à Bonheurs », auteure d »Apprendre autrement avec la pédagogie positive » et « je dis enfin stop à la pression »
Co-fondatrice d'Happy Lab (2009-2015) Co-Fondatrice de la Fabrique à Réussites (2015)
Jessica Hollender : Co-fondatrice d’Happy Lab (2009-2015)
Co-Fondatrice de la Fabrique à Réussites (2015)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux femmes vraiment pétillantes, sympa, joyeuses, drôles et passionnées par ce qu’elles font. J’ai passé 2 jours à boire leurs paroles. C’est très simple, quand je me suis assise et qu’elles ont commencé à parler, j’ai su que j’étais « à ma place ». Pendant ces 2 jours, j’ai eu des frissons, j’ai parfois eu les larmes aux yeux tellement c’était incroyable de ressentir une telle connexion avec elles. Je me suis projetée dans ma future vie professionnelle et pour la 1ère fois, c’était clair !! Rien que pour cela, MERCI ! À dans un mois pour le 2ème module : gestion mentale 😉

@bientôt