Mes coups de coeur : les casse-tête

Il y a 2 ans lors d’une réunion de rentrée, je me suis demandée ce que faisait mon fils en maternelle, j’ai vite compris que la maîtresse de mon fils utilisait le jeu pour certains apprentissages, d’où les pages presque vides dans son cahier de vie. Imaginez ma joie d’entendre cela (surtout pour une EJE).

Tous les ans, elle organise « la semaine des maths ». Le principe : inviter les parents à rester un petit temps le matin pour jouer avec leur enfant. Depuis 2 ans, mon mari et moi dégageons du temps pour l’accompagner et voir un peu dans quel univers il évolue. J’ai découvert, qu’elle utilisait beaucoup les jeux de casse-tête, de logique, de stratégie et surtout, j’ai découvert que mon fils devant ces jeux, faisait preuve de patience, de stratégie, d’adresse et de persévérance. J’ai été bluffé !!!!

Alors pour son anniversaire, nous avons également investit dans ces jeux pour le plus grand plaisir de toute la famille.

Voici mes coups de coeur :

Lors de cette semaine des maths, j’ai découvert le casse-tête Perplexus™.

Perplexus, c’est une grosse sphère avec à l’intérieur un labyrinthe en 3D. L’objectif est de faire progresser une bille via ce labyrinthe 3D. Il y a 70 passages, mais attention certains passages sont GRRRR !!!!

Voici celui qu’il a eu.. Il n’est pas encore arrivé au bout de ce cruel labyrinthe et pour ma part, je n’ai réussi qu’une seule fois 😉

51-6saFnJKL

 

Mon 2ème coup de coeur vient du jeu « Coincidix ». J’ai découvert ce jeu sur « La brigade du jeu ». Le principe : une fois la fiche positionnée dans le support en bois (noir), « vous devez tenter de placer toutes les pièces en bois en veillant à faire coîncider le trou de chacune d’elles, avec la tête colorée qui correspond à la pièce en bois. »

11060933_10152871201557058_5149707479692908184_n 11206044_10152871201492058_8280845223486966546_n11196286_10152871201647058_1944852507605651184_n

 

 

 

 

Les premières fiches sont faciles, car toutes les pièces y sont représentées. Puis, il y a les autres fiches qui deviennent moins colorées, la position des pièces disparaît peu à peu pour ne faire place qu’a de beaux visages souriants.

Ce jeu permet de travailler l’observation, la manipulation, la logique, la patience, la persévérance, bref un jeu parfait !!!

D’ailleurs, je m’y suis mise et je suis arrivée à la 39 ème fiche (avec l’aide de ma fille) … nous avons quand même bien galéré….

Pour remercier la maîtresse de mon fils pour tout ce qu’elle fait pour lui et parce qu’elle aime travailler avec ce genre de jeu, je lui ai acheté ce jeu. J’ai également acheté le « coincidix » master pour l’anniversaire de ma fille (qui va avoir 9 ans). J’ai hâte de l’essayer 😀

@bientôt

Publicités

Rose pour les filles, bleu pour les garçons

Une amie met sur un réseau social une photo de son garçon entrain de « pendre le linge » et en commentaire, elle marque que cela n’est pas au goût du papa…

Moi, maman, EJE, je marque en commentaire « s’est fini les clichés ».

De là, est venue l’idée de cet article.

« Les poupées, c’est pour les filles et les voitures pour les garçons, les garçons ne pleurent pas … C’est pour les filles le ménage … « 

Ces phrases font sourires, on les dit anodines, pourtant, elles marquent déjà très fort la différence entre les sexes. Dès le plus jeune âge, on assigne aux enfants, des rôles en fonction des stéréotypes sexués.

Les stéréotypes filles/garçons naissent dès la crèche (0-3 ans). En effet, on peut entendre ces phrases régulièrement de la part de professionnels(les) ou de parents.

En tant qu’EJE, je fais attention à ces stéréotypes.

Par exemple, quand je mets en place des jeux libres, j’ai avant tout, fait un travail d’observation. En effet, de quoi ont besoin les enfants ? Ils ont besoin de créativité, d’imagination, de symbolique, de confiance en soi, d’autonomie dans le jeu etc … Ils n’ont pas besoin que je sorte un jeu de fille ou de garçon … Ils ont simplement envie de jouer, donc je leur crée un univers qui répond à leurs besoins.

Je vais par exemple, installer les poupées avec une pile de vêtements et des accessoires (lit, poussette etc), un tapis avec des routes, des garages en bois puis j’ajoute des petits personnages ou alors la dinette avec des assiettes, des couverts et des verres sur une petite table etc .. Ou encore les animaux de la ferme avec des fermes en bois et des mallettes docteur etc… La plupart du temps, je peux constater, que les filles comme les garçons, ne font pas une sélection des jouets, ils jouent à TOUT.

A la maison, on montre aux enfants que tout le monde participe, il n’est pas assigné aux poubelles et je ne suis pas assignée à la cuisine … Nous faisons autant l’un que l’autre.

Au niveau des jouets : quand ma fille est née, elle a eu beaucoup de jouets « mixtes ». A l’époque (il y a bientôt 7 ans), les jouets n’étaient pas autant différenciés –filles/garçons– que maintenant. En grandissant, Ptite Demoiselle, s’est « naturellement » tournée vers le monde des poupées, bijoux etc….

Quand Ptit d’homme a pointé le bout de son nez, il a récupéré les jouets de sa soeur.

Et depuis ces 2-3 ans, il s’est orienté vers l’univers des garçons, avec à la maison, des tas de voitures, de camions en tout genre etc..

Là ou ça devient intéressant, c’est quand l’univers de Ptite Demoiselle, rencontre l’univers de Ptit d’homme. On peut y voir des poupées sur des voitures, des voitures promener dans une poussette et même Bar*** qui rencontre Spid***** etc …

Finalement ça devient un univers très drôle et très enrichissant pour eux .. 🙂

Si vous voulez en savoir un peu plus, un rapport de l’inspection générale des affaires sociales (Igas) a été remis à la ministre du Droit des femmes.

Ce rapport concerne « l’égalité entre les filles et les garçons dans les modes d’accueil de la petite enfance ». A l’issu de ce rapport, ils recommandent que les professionnels de la petite enfance soit sensibilisés et formés sur ce sujet.

Voici quelques éléments du rapport :

« A partir des observations menées, les auteurs ont constaté que “les petites filles sont moins stimulées, moins encouragées dans les activités collectives tandis que leur apparence est davantage l’objet des attentions des adultes”. A l’inverse, « les préoccupations pour les activités physiques sont plus prononcées quand il s’agit des garçons ». Au cours des échanges verbaux, « les professionnels interrompent plus fréquemment les filles que les garçons », relève aussi cette enquête. Les jouets utilisés renvoient également à « un monde binaire ». Ainsi, ceux des garçons sont « plus nombreux et diversifiés que ceux des filles et sont associés à l’extérieur », alors que ceux des filles « sont plus limités en nombre » et « souvent réduits au champ des activités domestiques et maternelles ». Ces jouets renvoient à des compétences différentes : plutôt verbales pour les filles, plutôt mathématiques et scientifiques pour les garçons. »

La littérature enfantine est également au coeur du sujet. En effet, « sur 78% des couvertures de livres pour enfants figure un personnage masculin, peu décrit par un attribut de genre (comme la barbe ou une casquette). A l’inverse, les personnages féminins « ne sont décrits qu’à l’aide d’attributs considérés comme propres à leur sexe » (vêtements, éléments de coiffure…) »

Vous trouverez sur ce site, un lien pour lire et télécharger ce fameux rapport. Rapport sur l’égalité entre les filles et les garçons dans les modes d’accueil de la petite enfance

@bientôt